En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation. Aucune information n'est enregistrée.

Lumassan-France
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Assemblée générale de l'association Lumassan-france

le 24 janvier 2019

Rapport moral 2019

         A travers ce rapport moral, nous allons prolonger les réflexions entreprises les années précédentes. Réflexions sur l'action humanitaire et parfois ses dérives et sur l'économie Burkinabé à travers les secteurs formel et informel. Cette année il portera sur les interrogations que nous ramenons de notre voyage réalisé avec six membres de l'association à l'automne dernier. Ces questions nous invitent à réfléchir sur notre action, nos buts et leurs enjeux. Nous reviendrons en détail sur ce voyage à travers le rapport d'activité que vous présentera Nicole. Vous aurez l'occasion de poser des questions et les membres du groupe présents dans le voyage, vous feront part de leurs impressions sur leur séjour. Nous pourrons évoquer la question des achats d'objets auprès de nos amis artisans et leur vente ici en France, la collecte et les conditions de distribution de matériel scolaire mais aussi les rencontres avec différents acteurs à partir desquelles nous pouvons envisager de nouvelles orientations pour notre association.

         Je dois tout d'abord vous rassurer et vous dire que le dispensaire et la maternité fonctionnent, les écoles sont toujours pleines d'enfants.Les divers problèmes liés aux mouvements des personnels seront commentés dans le rapport d'activité.

Photos accompagnant un article que vous consulter ici

L'école (petit bilan)

articlesep

Visite au village en juin 2016 : après la santé, un point sur l'éducation.

Rencontre avec les écoliers, collégiens et lycéens... et avec les instituteurs.

Où en est-on  à ce jour ?

Pour lire l'article ici

Visite au village en juin 2016 : après la santé, un point sur l'éducation.

 

ecoliersRencontre avec les écoliers, collégiens et lycéens... et avec les instituteurs.

Où en est-on  à ce jour ?

On discute d'abord avec les collégiens et lycéens présents. Beaucoup sont en examen. Pour le moment, c'est le BEPC

Un peu plus tard, d'autres passeront le Bac.

Certains jeunes m'impressionnent par la qualité et la maturité de leur discours. Xavier Ido surtout, qui va rentrer en terminale, est un élève très brillant et cela depuis l'école primaire, nous confirme   Germain Ilboudo le directeur de l'école d'Elinga.

Il veut faire des études de médecine, une fois le bac en poche....

Ces jeunes ont une toute autre attitude que ceux qui sont aux champs et n'ont pas eu l'opportunité de fréquenter l'école. Beaucoup de filles sont scolarisées (environ la moitié des élèves). Nous le constatons de visu lorsque les meilleur(e)s élèves de chaque classe viendront nous saluer et se présenter lors de notre visite à l'école.

Quand nous commencerons la réunion avec les instituteurs des deux écoles, le personnel médical, les représentants des parents d'élèves et ceux des villages, ils seront à nouveau présents et très attentifs. Ce sont eux ensuite qui vont gérer la distribution du matériel scolaire envoyé par le lycée Aristide Bergès de Seyssinet-Pariset (38)

Un peu plus tard, distribution officielle du matériel et des livres, tout particulièrement pour les collégiens et lycéens dont le nombre est de plus en plus important... Des ballons de foot pour les équipes des écoles...

Comme les outils pédagogiques sont presque inexistants, tout apport supplémentaire va contribuer à améliorer les conditions de travail et les apprentissages : mappemondes, cartes, jeux éducatifs, séries de livres scolaires, dictionnaires mais aussi stylos, cahiers, cartables, etc.

A notre retour, nous recevrons encore des e-mail de doléances des lycéens afin que nous puissions leur faire parvenir de ouvrages de maths, français, physique, anglais, philo...

Pour preuve de leurs difficultés, dans une classe de Français de 100 élèves, on ne trouve que 2 ou 3 exemplaires des œuvres de littérature au programme (écrivains africains ou français). C'est le combat quotidien des uns et des autres pour apprendre et réussir.

Germain Ilboudo (surnommé amicalement «ça alors») a une très une haute idée de sa mission éducative et les élèves de son école réussissent fort bien. On le constate depuis des années avec les résultats du CEP (le plus souvent quasiment 100% de réussite) et les passages en 6ème.

Pour Kerbolé, c'est un peu différent. Les résultats y étaient très bons auparavant, mais malheureusement, une mine d'or sauvage (le mirage de la fortune!!!), s'est ouverte non loin du village, et les enfants partent chercher de l'or en abandonnant l'école. Le nouveau directeur nous a semblé peu motivé mais peut-être est-il seulement découragé ?
L'ensemble des efforts menés pour la scolarisation depuis plusieurs années est tout de même un grand succès. Surtout la promotion des filles (un passeport pour l'avenir) grâce aux instituteurs qui se battent pour encourager leur présence à l'école. Et c'est plutôt réussi. Deux jeunes filles sont à l'université aujourd'hui. Les parents eux aussi ont compris l'importance de l 'alphabétisation et suivent des cours du soir, avec la lumière, puisque nous avons installé des panneaux solaires sur les écoles et chez les instituteurs.

Scolarisation toujours en hausse à Elinga . Nous avons appris après notre retour, que le CP a accueilli plus de 100 enfants à la rentrée 2016, ce qui est très encourageant, mais pose de nouveaux problèmes. Comment les installer dans la classe ?

Pas de bancs pas de bureaux pour tous ces enfants. (la galerie de photos jointes le montre bien)

Sera-t-on encore là pour combler le vide des autorités ?

Autre sujet de discussion, le problème de la cantine scolaire. Depuis 2007, l 'association Lumassan et le lycée de Seyssinet-Pariset ont financé chaque année la cantine scolaire pour les 2 villages. Ce sont les mamans qui se relaient pour cuisiner.

Aujourd'hui nous sommes arrivés à une nouvelle étape : arrêt du financement et élaboration d'un nouveau projet avec la population et les enseignants : la cantine endogène .

C'est le prêt de champs par les habitants qui doit permettre de cultiver des haricots et céréales nécessaires pour constituer la base du repas de midi ; Les élèves cultivent pendant la saison des pluies c'est-à -dire l'été, quand ils sont en vacances et récoltent le produit en octobre .

Pendant notre visite au village, nous discutons du démarrage du projet dès le début des pluies de cette année .

Nous avons eu confirmation que l'action s'est mise en place cet été, mais il reste à aider l'intégralité du projet par un complément financier qui permette d'acheter les ingrédients nécessaires à la préparation des repas. Tous ont bien sûr l'idée de revendre une partie de la récolte pour payer les frais supplémentaires, mais en attendant nous voilà encore sollicités...

Il faut dire et redire que c'est cette constitution de première cantine qui a permis l'immense scolarisation des enfants. Des enfants nourris le midi et en bien meilleure santé pour réussir. Les parents l'ont vite compris. Les écoles débordent la journée comme le soir… Tant mieux. C'est un gage pour l'avenir....

Lumassan-France 17 rue de la paix 38180 Seyssins France - mail : lumassan@lumassan-france.fr - Mentions légales et crédits
Mentions légales et crédits